octobre 04, 2019

Connaissez vous les principes de l'utilisation des épices en cuisine : Découvrez mon avis de gourmet

Les épices constituent un petit plus à ne pas négliger dans la confection des plats, quand ils ne composent pas son ingrédient principal. Comme j’aime beaucoup les plats épicés, j’ai appris en reconnaitre certaines au goût et à l’odeur. Pourtant, je suis loin d’être un expert en la matière, mais j’ai découvert qu’il été très simple de percer le mystère de ses délicieux assaisonnements.

Dis-moi qu’elle est ton épice…

Avant tout, il faut savoir apprécier l’utilisation d’une épice, seule, spécialement sélectionnée pour relever un plat. Certaines épices conviennent aussi aux plats sucrés, comme la badiane ou anis étoilé ou bien encore la cannelle, mais se marient généreusement avec la viande blanche rôtie ou mijotée.
Sur le poisson, les baies roses laissent éclater un délicieux cœur sucré irrésistible. La coriandre ajoute également un parfum prononcé sur les produits de la mer. La cardamome règne sur la cuisine indienne. Elle s’invite dans les boissons chaudes et les plats sucrés et salés.
L’incontournable curcuma inonde de sa douceur les tajines, par exemple. Réputé aphrodisiaque, le gingembre ajoute une touche piquante, notamment aux plats asiatiques. Il existe deux types de paprika, celui dit de Hongrie, ajoute une touche de douceur aux mets d’Europe Centrale.
Quant au paprika fort ou fumé, nous le connaissons surtout dans la composition du chorizo. Notre piment d’Espelette national s’avère irremplaçable dans la gastronomie. Avez-vous essayé l’étonnant mariage du piment et du chocolat ? N’oublions pas non plus le poivre de Sichuan, le safran ou bien encore le sumac.

L’ingrédient secret de la potion magique

Contrairement aux idées reçues, le curry n’est pas une épice, mais un savant dosage de plusieurs essences. Cette mixture reine se décline en plusieurs variantes : curry doux, fort, indien, rouge, etc.
Les mélanges obtiennent de très bons résultats, à condition de bien vérifier les quantités, car certaines épices ont une saveur plus prononcée que les autres et risquent de monopoliser la mixture. Il existe des mélanges adaptés à types de produit à assaisonner : viandes rouges, viandes blanches, barbecues, poissons, crustacés, volailles et légumes.
D’autres conviennent à un plat précis, comme des pâtes, une pizza, les salades, les omelettes, les soupes ou des tomates farcies. D’autres encore se réfèrent à une gastronomie précise : l’Inde (Vadouvan), le Mexique (Tex-Mex), Cajin (Nouvelle-Orléans), la Provence, le Moyen-Orient (Zaatar).
Vous pouvez également réaliser des mélanges exceptionnels destinés à des boissons : vin chaud, rhum arrangé, tisanes, thés. Les Indiens ont mis au point plusieurs assemblages. Le colombo, également repris dans la cuisine d’outre-mer, colore le poulet d’un beau jaune vif et piquant au goût. Le tandoori colore quant à lui le poulet de rouge foncé. Il y a aussi le garam masala, les mélanges de Noël ou pour pain d’épices et autant de variétés encore à inventer !

Laisser un commentaire

Blog avis, le blog de tous vos avis !